Sauvetage d’un Dracaena

Le Dracaena n’est pas une plante difficile à entretenir, il s’adapte a tout… manque d’eau, petit manque de lumière, excès d’eau (relatif). Mais pour cela il faut qu’il soit bien dans son pot !

On m’a confié un spécimen typique de plante en perdition.

IGP8407-t.jpg

Il y avait la dedans deux Dracaénas, un est mort et l’autre commence à faire franchement la tête.

En règle général il faut se méfier des pots « habillés », ça cache souvent quelque chose…

L’aspect global est plutôt mauvais et la finition de cette plantes est franchement bâclé. En magasin ne prenez ça QUE si vous rempotez derrière.

Normalement un Dracaéna ça ressemble plus à ça :

IGP8408-t.jpg

à ça :

IGP8410-t.jpg

et si vous avez un chat et un enfant qui cassent les branches sans le faire exprès… , ça peut ressembler à celui la qui n’est que récupération des branches cassés :

IGP8414-t.jpg

Bref vas falloir sauver le petit pépère…

Démoulage

IGP8416-t.jpg

Sans surprise le pot est en plastique et tout le substrat vient d’un coup.

IGP8417-t.jpg

100% de tourbe……….. Ce substrat marche merveilleusement bien en serre pour la culture industriel de ce genre de plante, mais implique une hygrométrie bien rodé. En intérieur ce genre de substrat donne le syndrome « toute mes plantes crèvent ».

Une fois sec l’eau ruisselle dessus sans pénétrer et c’est le début de la fin pour la plante. En général les gens commencent à noyer la plante ce qui est pire encore.

En magasin il vaut mieux éviter les plantes peu cher en pot à tourbe. La présence de vermiculite ou de gravier dans le substrat est un indice de qualité pour les dracaénas et les beaucaernas.

On constate bien le dessèchement de la motte sur la photo. A ce stade la seul solution pour reprendre un arrosage est le bassinage.

Mais il est préférable de rempoter.

IGP8418-t.jpg

Comme d’habitude, avec une baguette et en faisant attention aux racines,  j’enlève tout le substrat et je termine par un petit coups de brosse pour Bonsaï.

IGP8419-t.jpg

Le voila tout propre.

IGP8420-t.jpg

Voici le « Nébari » (le pied dirait-on) du survivant.

IGP8421-t.jpg

Et voila celui du décédé… Plant trop jeune qui a été forcé et qui n’a pas marché. Classique.

IGP8423-t.jpg

Le mélange est composé de terreau plante verte (pour la tourbe), de terre végétal enrichie, de sable, de gravier et de vermiculite. Bien drainant et riche.
IGP8425-t.jpg

Cette plante ayant pour destination un bureau, le plus simple dans ce cas est un pot à réserve, pas de soucoupe dégoulinante sur les dossiers super sensible. Par contre l’arrosage devra être VRAIMENT surveillé, gare aux femmes de ménages arroseuses !

Un petit fond de billes d’argile pour éviter aux racines et à la terre de pourrir au fond.

IGP8426-t.jpg

Un peu de substrat et je place le plant.

IGP8427-t.jpg

J’ajoute la terre et dés qu’il tient seul je tasse avec une baguette pour éviter les bulles d’air et je remplis pour terminer.

IGP8428-t.jpg

Plutôt qu’avoir un tronc planté comme un piquet, je préfère faire ressortir la base du tronc, le Nébari avec ses racines.

IGP8429-t.jpg

En coupant les petites radicelles et en donnant un petit coups de brosse à bonsaï, l’aspect devient tout de suite plus sympathique.

IGP8430-t.jpg

Avant l’arrosage final, une bonne pulvérisation d’eau de pluie lui fera le plus grand bien.

Et enfin l’arrosage :

Comme nous sommes ici dans un pot à réserve, il faut être précis.

Le premier arrosage peut être un peu plus costaud du fait de l’absorption par la tourbe toujours un peu desséché dans les sacs.

C’est ensuite qu’il faudra faire attention. La plupart des plantes qui crèvent le font par excès d’eau et non par manque d’eau. Le pot à réserve, comme son nom l’indique à une réserve et non un écoulement. Toute eau ajouté restera donc dedans. Il est préférable de faire sécher la motte sur un a deux centimètre avant d’arroser.

Personnellement mes plantes passent toutes par des moments ou le substrat est bien sec.

Je conseille aussi de ne pas arroser par le trou prévu a cet effet, je préfère continuer à arroser par le dessus pour inviter les racines à s’élever et pour que le substrat ne deviennent pas hyper sec en surface, ce qui n’est pas très beau.

Il ne reste plus qu’a attendre que les feuilles se relèvent, ce qui sera le signe de la reprise.

A bientôt.

David

[box type= »info »]

Sujet : Dracanéna

Temps : 30 mn

Difficulté : 2/5

situation : Bureau lumineux

[/box]




2 thoughts on “Sauvetage d’un Dracaena

  1. Jeanne

    Bonjour David,
    Merci pour ces conseils. Mon dracaena a un tronc nu d’un metre, puis des feuilles jusqu’à 2 m, il touche le plafond. Ses feuilles sont abimées, elles ne brillent pas, et j’ai dû couper le bout de certaines d’entre elles. Je le sors quand il pleut, et l’arrose toutes les semaines environ. A-t-il besoin d’engrais ? Puis-je le couper à cette saison ? (il se plie au plafond)
    D’avance merci
    Jeanne

    Reply
    1. admin Post author

      Bonjour,
      Pour répondre aux questions :
      – Oui il a besoin d’engrais. En période de pousse principalement. De l’engrais liquide vas très bien marcher.
      – Le couper en cette saison n’est pas une très bonne idée, il sera plus long a repartir… il vaut mieux attendre le printemps.
      – Pour le bout des feuilles, bien que sans photo, je pense que c’est un problème de sécheresse de l’air. Ils aiment bien une petit pulvérisation d’eau de pluie ou déminéralisée de temps en temps. Cela vas aussi les faire un peu plus briller en enlevant la poussière…
      – Encore une fois on arrose pas selon un cycle de temps mais en fonction de la demande de la plante. Le dracaena aime avoir de sécheresse entre deux arrosage. Donc attention !!
      A bientôt.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.