La tournée Partie 1

Lorsque je dis à ma femme que je vais m’occuper des plantes ou que je fais ma tournée, elle sait que je ne vais pas être disponible pendant un petit moment.

Avoir des plantes implique une certaine « maintenance » et une surveillance régulière.

Voici un exemple de tour des plantes par la pratique.

IGP8475-t.jpg

Commençons par ce jeune Jasmin, orienté Sud en pleine lumière.

IGP8476-t.jpg

Avant toutes choses, une phase d’observation est nécessaire pour connaitre l’état général de la plante.

Ici je constate qu’il a un peu de mal à faire de nouvelles feuilles ce qui peut être un signe de déséquilibre sur l’engrais. Il faudra remédier à cela après la floraisons qui elle est plutôt bonne.

Je vérifie bien qu’aucun parasite (puceron, cochenille et autres bébêtes) ne se cache sous les feuilles.

Sur la photo de fleurs on peut voir des sortes de « poils ». J’ai pensé à une attaque d’araignée rouge mais il ne s’agit que de pollen… ouf !

IGP8477-t.jpg

J’utilise régulièrement une sonde qui me donne la tendance de l’humidité de mes pots. Il faut utiliser cet outils en bonne intelligence… Ce n’est pas parce que la sonde indique un déficit qu’il faut forcement arroser immédiatement.

La plupart des plantes ont besoin d’une phase « sèche » pour être vraiment heureuses, allant d’un a deux jours pour les plus fragiles et pouvant aller jusqu’à une semaine/une semaine et demi pour les plus résistantes.

Dans le cas de ce Jasmin, je sais qu’il est en phase sèche depuis une semaine, je vais donc l’arroser.

IGP8478-t.jpg

Idéalement il faudrait arroser toute les plantes avec de l’eau de pluie. Pas super pratique en appartement… Ce sera donc de l’eau du robinet à température ambiante pour ne pas brusquer la motte.

J’arrose donc très lentement et j’attends que l’eau ressorte par le trou d’évacuation. Il faut stopper à ce moment la.

Étant dans le sud, je peux me permettre d’avoir un peu d’eau dans les coupes. La poterie vas en absorber une partie et le soleil vas évaporer le reste. De plus tout mes pots ont une petite réserve de bille pour le drainage.

Si vous habitez dans une région moins chaude, je vous conseille de vider les coupes pour éviter la moisissure des racines.

IGP8480-t.jpg

Passons maintenant à cette cousine de la verveine.

Cette plante est très résistante au soleil et comme on peut le voir sur la photo, elle fleurit abondamment même en cas de disette d’eau. Cependant le pot étant assez petit et le substrat extrêmement drainant, je préfère lui donner régulièrement de l’eau avec de très courtes périodes sèches (24h).

Bien sur une rapide inspection dessus/dessous me permet de surveiller son état général. Ici tout vas bien.

IGP8481-t.jpg

Je n’ai jamais été vraiment à l’aise avec les cactus et ici on constate un état plutôt mauvais de deux cactus sur trois… Un passage un peu rapide de l’ombre au soleil et un retour à un arrosage plus normal a été fatal.

Pour ne pas contaminer le survivant (celui du haut), j’élimine les deux petits et je procède à un léger arrosage (avec de l’eau de pluie).

IGP8482-t.jpg

Cet anthémis a été taillé (je coupe toute les fleurs fanés au fur et a mesure pour forcer de nouveaux bourgeons) et ne nécessite pas vraiment d’entretien. Par contre je trouve qu’il est plutôt gourmand en eau malgré un bon paillage.
Il faut savoir que question bestioles, l’anthémis est relativement tranquille, en effet c’est un insecticide naturel assez efficace. Cependant quelques pucerons peuvent se cacher. Dans ce cas, je conseille de couper toute les fleurs (histoire de ne pas génocider les abeilles qui aiment bien ce genre de fleur) et de vaporiser un insecticide bio/naturel sur et sous les feuilles.

IGP8484-t.jpg

Ce petit framboisier a poussé incroyablement vite et il m’a déjà donné de très bonne framboises. Mais aujourd’hui sont orientation Sud plein soleil semble lui poser quelques soucis de surchauffe. Il intégrera donc le balcon Est prochainement.

IGP8491-t.jpg

IGP8485-t.jpg

L’équilibre de la motte c’est complétement déréglé et comme on peu le voir, la sécheresse guette malgré des arrosages quotidien. Il souffre donc ! Le mélange est peut être un poil trop drainant… à vérifier l’année prochaine.

Je conseille d’enlever les fruits au fur et à mesure pour éviter les insectes et la pourriture. Et puis c’est très bon !!

IGP8486-t.jpg

Voila un citronnier survivant du fameux hiver rigoureux d’il y a un an. Je l’ai pensé mort pendant longtemps, mais il s’est décidé à refaire des feuilles ce printemps. Je l’ai donc surfacé et j’ai ajouté un bon engrais Agrume. Malgré des feuilles un peu pale, il est très content et à été généreux en fleurs. A chaque tournée je surveille les Citrons en devenir car très fragile et pouvant tomber d’un simple regard.

Une attention toute particulière est porté sur la recherche d’insectes pouvant détruire complétement les futurs citrons, principalement des cochenilles.

IGP8487-t.jpg

Pour le moment tout vas bien, quelques citrons grossissent et certains autres deviennent mou. Il faut donc les retirer pour éviter la moisissure.

IGP8488-t.jpg

Question arrosage, cet arbre est un petit gourmand. je le laisse tout de même un jour ou deux en phase sèche, les agrumes détestent avoir les pieds trop à l’humidité.

IGP8489-t.jpg

Certaines plante ne nécessitent aucun entretien. Ce Sedum en est un parfait exemple. Je ne l’arrose JAMAIS !! Pourtant la potée se porte à merveille avec de belles couleurs et même des fleurs.

IGP8495-t.jpg

Ce mini rosier est dans sale état… une attaque foudroyante d’araignée rouge lui a porté un sérieux coups… Cela peut se passer en une journée (ici deux), passant du tout vas bien au tout vas mal. Si vous laisser faire la plante vas mourir trés rapidement, mais en plus les plantes voisines seront vérolés aussi.

La il ne faut pas faire dans la demi mesure. Taille sévère et produit phyto anti araignée rouge. Dans ce cas précis j’utilise un produit chimique assez agressif car je n’ai jamais trouvé de produit bio/naturel vraiment efficace contre les araignées rouges. Je vous conseille aussi de vaporiser le paillis, le pot et  toutes les plantes se trouvant à coté, même si il n’y a aucun signe.

Cette Première partie est maintenant terminé. Je vous invite à découvrir prochainement la partie 2 qui sera consacré à la tournée des plantes d’intérieur et la partie 3 concernera les balconnieres.

A bientôt.

David




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.